Écriture Paris

On propose à mon enfant un PAI (projet d'accueil individualisé) lui permettant d'avoir un ordinateur en classe. Est-il quand même utile de rééduquer son écriture ?

Les PAI sont destinés à des élèves en situation de handicap ou atteints de maladies. La dysgraphie peut être considérée, au niveau scolaire, comme un handicap. C'est pourquoi il est possible d'obtenir des aménagements en classe pour un enfant dysgraphique : les enseignants devront par exemple photocopier les leçons pour lui, du temps supplémentaire sera prévu aux examens, parfois on proposera d'abandonner complètement l'écriture manuscrite et de donner à l'élève un ordinateur lui permettant de noter ses cours et de passer ses évaluations et examens.

 

Cette manière de faire me semble parfois plus relever d'un renoncement que d'une véritable solution. L'élève se voit catalogué « handicapé », ce qui n'est pas toujours facile à vivre. Certains établissements sont réticents à mettre en place les aides nécessaires — bien des parents parlent de parcours du combattant pour faire reconnaître la nécessité d'une aide à leur enfant. Le problème se posera à nouveau à chaque changement d'établissement et plus tard dans l'enseignement supérieur. Si un jour le jeune veut passer des examens universitaires ou des concours, l'impossibilité d'écrire à la main sera un obstacle encore plus difficile à surmonter.

 

Il me semble donc essentiel de tenter de restaurer une écriture manuscrite correcte le plus tôt possible. Si l'enfant n'est « que » dysgraphique et n'est ni dyspraxique, ni atteint d'une maladie empêchant la mobilité des doigts, une rééducation bien menée peut lui permettre en quelques mois de surmonter ses difficultés et d'écrire « comme tout le monde » à l'école, au collège ou au lycée. Les étudiants que je reçois témoignent de leur soulagement en étant à nouveau capable de composer à l'écrit lors de leurs partiels ou examens.

 

Toutefois, si votre enfant est véritablement dyspraxique ou porteur de handicap, un passage sur ordinateur est sans doute nécessaire. Il faut savoir qu'en général, il faut compter un à deux ans de séances hebdomadaires d'ergothérapie pour que l'élève apprenne l'utilisation de l'ordinateur. Il peut être intéressant de travailler en parallèle l'écriture manuscrite, pour ne pas qu'elle régresse. Les cours de mathématiques, en particulier, sont compliqués à noter à l'ordinateur, à cause des formules.